• slide

Les implants

Votre médecin ORL peut vous proposer une dispositif implantable dans certains cas.

Les conditions pour en bénéfcier sont très strictes et il faut prendre en compte les risques liés à une opération chirurgicale.

Ils sont indiqués lorsque les performances avec un appareil auditif conventionnel ne sont pas satisfaisantes.

implants.png

Types d'implants

En Suisse, les implants sont pris en charge par les assurances sociales (AI pour les malentendants de moins de 65and ou AVS pour les plus âgés) si les conditions sont remplies. La partie chirurgicale est prise en charge par l’assurance maladie.

Les implants à ancrage osseux vont transmettre les sons sous forme de vibrations des os du crâne. Une opération est nécéssaire pour implanter la partie vibrante dans l’os. Il y a un processeur externe, un petit boitier avec comprend toute l’électronique, qui se fixe sur cette partie vibrante. Cette option est envisageable pour les surdités de transmission ou les surdités unilatérales.

Les implants d’oreille moyenne vont amplifier les mouvements des os de l’oreille moyenne. Certains modèles nécessitent un processeur externe avec la batterie, l’amplificateur et le microphone. Cette option est envisageable pour les surdités modérées à sevères qui ne sont pas appareillables avec un appareil conventionnel.

Elles sont indiqués pour certaines surdités de transmission uniquement. On va remplacer un ou plusieurs éléments de la chaîne ossiculaire (marteau, enclume, ou étrier) par un piston en titane.

Les implants cochléaires vont transmettre les sons directement au nerf auditif par des stimulation électriques. Tout comme le autres implants, il y a une partie interne implantée et un processeur externe qui ressemble à un appareil auditif. Cette solution est envisageable pour les surdités sevères à profondes. Les candidats adultes doivent avoir acquis le langage oral et avoir des performances de compréhension faibles avec un appareil conventionnel.